La barque

Au cours d’une sympathique promenade sur les berges de l’étang de Lacanau, j’ai découvert cette jolie petite barque qui, malheureusement, après avoir passé l’hiver dans l’eau, secouée par les intempéries des semaines précédentes, commençait à couler.
Dans un premier temps, couleurs et reflets ont attiré mon œil de photographe et c’est par la suite que j’ai décidé d’un traitement épuré pour faire ressortir au mieux la naufragée.
Danielle Lafitte

Promenade d’automne

 Juchée sur les marches du tribunal de Bordeaux, j’attendais qu’un rayon de soleil vienne caresser ce beau feuillage, lorsque j’ai vu apparaitre ce couple en noir et blanc.
Josiane Darrieumerlou

Macareux

Macareux  en Islande durant l’été 2023.
Sur place, j’ai eu la chance de rencontrer, par hasard, un photographe qui intervient au club photo, Adrien Siffre. Il était là pour une préparation d’un livre sur le nord « Impressions Boréales ».
C’est grâce à ses conseils et le partage d’un lieu où il y avait des macareux, que j’ai réalisé ce cliché.
Cette photo a été faite au sud, à coté de Vik. C’est un lieux magique avec des plages de sable noir.
Superbe pays connu pour ses éruptions volcaniques avec des paysages magnifiques et des lumières splendides.
Pascal Fontaine

Instagram

Appui

J’affectionne particulièrement me trouver au bon moment et au bon endroit et me laisser surprendre par le naturel et la spontanéité des enfants… même en montagne.
Olivier Laurent

Autoportrait

En été, fais ce qu’il te plaît !
Pourquoi pas un bain de pieds
Sur une chaise, bien calé,
Entouré d’un bon vent frais,
Des photos à regarder,
Pour ne pas oublier
Les lointaines contrées
Jadis visitées.
Jean-François Warnier

Baleine à bosse

Après avoir passé la moitié de l’année à se nourrir, les baleines à bosse quittent les côtes polaires de l’Antarctique pour rejoindre les eaux tropicales de Madagascar.
On les retrouve sur la cote Ouest à Nosy Be et sur la cote Est Ile Sainte Marie. Elles y viennent se reproduire et y mettre bas.

Les baleines à bosse mesurent entre 14 et 16 mètres de long et leur poids adulte est de 34 000 à 45 000 kg. Elles vivent une trentaine d’années et peuvent mettre au monde plus de 15 petits. A la naissance, le baleineau mesure 4 mètres et pèse environ 700 kg. Le temps de gestation est de 338 jours. Il tète sa mère pendant 6 mois et gagne 40 Kg par jour.

La baleine n’a pas de branchies,  c’est un mammifère. Quand elle plonge, elle est en apnée et peu rester sous l’eau jusqu’à 30 minutes.

Longtemps en grand danger à cause de la chasse elle n’est plus aujourd’hui une espèce menacée.

Observer les baleines à bosse et leur petit m’a offert de grandes émotions, on peut observer la maman interagir avec son petit, le propulser à la surface, le protéger, jouer….

Cette photo a été prise à l’Ile Sainte Marie août 2023.
Béatrice Royer

Ouvert ?

Toujours dans mon état d’esprit, le sourire n’est jamais loin.
Le paradoxe de ce rideau fermé mais ouvert par la science inattendue du propriétaire !
Et ce passant qui se pose sûrement la même question que moi : Ouvert ou fermé… Mais pourquoi ouvert ? L’homme n’est qu’un petit point dans notre univers mais un gros point d’interrogation dans notre monde !
Miguel Campanelli

Aurores françaises

Dans la nuit du 10 au 11 mai 2024, le ciel s’est embrasé d’aurores boréales visibles dans toute la France et une bonne partie de l’Europe. Ces draperies colorées, habituellement plus proches des deux cercles polaires, ont pu apparaître en France grâce à une tempête de particules solaires éjectées par notre étoile quelques heures plus tôt. 
D’autres tempêtes similaires peuvent encore frapper la Terre durant les mois à venir jusqu’en 2025, le soleil entrant dans son maximum d’activité cette année comme tous les 11 ans.
Cette photo a été prise à Lormont (33).
Sylvain Pershon-Petit
Les Tofs de Sylvain sur Instagram et Facebook 

Jeune modèle

Lors de la visite de la cité impériale à Hué, nous sommes tombés par hasard sur une séance de photos dans un théâtre où une jeune modèle vêtue d’un magnifique costume, posait pour un photographe professionnel.
C’est courant pour les Vietnamiens, de louer de superbes costumes traditionnels, pour se faire photographier. Ils aiment beaucoup cela et encouragent les enfants dès leur jeune âge à participer à des séances photos de ce genre.
Maria Cayre

En route vers le cirque de Lescun

Ce cirque pratiquement clos est le fleuron de la Vallée d’Aspe, une des trois vallées béarnaises avec la vallée d’Ossau à l’est et celle de Barétous à l’ouest, une étape du GR 10, au sein du Parc National des Pyrénées.

Chapeau bas… devant le Cirque de Lescun et ses pics dolomitiques. On le surnomme les « Dolomites des Pyrénées ». Les aiguilles et les cimes calcaires lui ont valu ce surnom.

On y accède en suivant le Gave d’Aspe au sud d’Oloron-Sainte-Marie durant presque 35 kilomètres puis il faut tourner à droite sur la route qui mène au village de Lescun. Les montagnes verticales du cirque, véritable dentelle rocheuse sont composées de l’aiguille d’Ansabère, la Table des Trois Rois, les orgues de Camplong avec au centre l’immense Billare.

Blotti dans le cirque, entouré de forêts et de montagnes, jalonné de fermes, aux traditions pastorales préservées, le village se trouve aux portes du Parc National des Pyrénées.
Le Parc accueille d’importantes populations d’isards, des colonies de marmottes, et de grands rapaces comme le Gypaète barbu, le Vautour fauve, le Percnoptère d’Egypte ou l’Aigle Royal, le Grand Tétras, et le mammifère insectivore, le Desman des Pyrénées, animal emblématique des lieux.

Installé sur le versant sud du vaste cirque glaciaire, le village datant du XIème siècle se situe dans la Haute Vallée d’Aspe à 900 mètres d’altitude. C’est la plus haute commune du département des Pyrénées-Atlantiques, elle présente un exemple d’architecture montagnarde préservée avec ses toits d’ardoises, ses ruelles et ses maisons de pierre.
Dominique Philippon

Sur toutes les plages du monde

Sur toutes les plages du monde, il y a toujours quelqu’un pour profiter d’une douce chaleur ou d’un froid vivifiant.
Sur toutes les plages du monde, j’aime me laisser penser que nous retrouvons tous quelque chose que nous avons oubliée quelque part…
Valérie Sudreau

Rôle sociétal d’un costume ancestral

« La robe des vues » de « La Alberca » (Salamanque, Espagne) souligne l’importance du vêtement comme moyen d’afficher la richesse familiale. Traditionnellement, la manière la plus courante de manifester la richesse était l’accumulation de bijoux ou la superposition de vêtements lors de cérémonies revêtant une importance sociale particulière. Le costume est un exemple paradigmatique de cette forme d’exposition en raison du nombre et de la richesse des pièces qui le composent et qui transforment le corps de la femme en un objet sur lequel projeter la richesse et l’honneur de la famille.

« La robe des vues » était à l’origine une robe de mariée qui au fil du temps a perdu son caractère nuptial pour devenir un vêtement de fête lié à la célébration des processions et des offrandes. Historiquement, les mariées de La Alberca étaient habillées, chaussées et peignées par d’autres femmes, dans un processus long et complexe qui se réalisait dans un certain ordre afin de ne pas endommager les vêtements. Les mariées portaient des modèles différents à chaque moment de la cérémonie de mariage. Le modèle festif utilisé aujourd’hui correspond aux vêtements que portait la mariée en sortant de l’église et se caractérisait par l’absence du serenero ou manteau de vues avec lequel elle se couvrait la tête à l’intérieur de l’église.

L’absence de sources iconographiques antérieures au XXe siècle ne permet pas de reconstituer l’évolution complète du costume des vues. Des parallèles peuvent être établis avec les modèles des femmes Maragata et Charra du milieu du XVIIIe siècle et avec les costumes dits « à l’espagnole », avec lesquels les tailles des vierges étaient habillées au XVIe siècle et caractérisées par leur silhouette en forme de sablier.
Manuel Ibañez-Fraile

Ombres et lumières à Châtelaillon-plage

Châtelaillon est une commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Charante-Maritime (Région Nouvelle-Aquitaine). Celle-ci est avant tout une commune littorale, située à 12 km au sud de La Rochelle et à 18 km au nord de Rochefort. Ses habitants sont appelés les Châtelaillonnais et les Châtelaillonnaises. La population de cette ville était d’environ 6227 habitants en 2021.
Dylan Léonard

Données techniques :

  • Appareil photo : Canon EOS R8
  • Focale : F/10
  • Temps d’exposition : 1/800
  • Distance Focale : 24 mm
  • Programme d’exposition : Normal

Réseaux :

Parenthèse sucrée

Joel Robuchon (chef cuisinier) a dit : On ne peut pas faire de cuisine si l’on aime pas les gens.
On pourrait tout aussi bien remplacer le mot « cuisine » par  « photographie ».
1 seule phrase pour 2 formes d’art.
Laura B
Instagram : @laura_b_photos

So vintage

Comme un retour salvateur dans un passé pourtant proche qui a été remplacé par une société de la confusion et de la consommation.
Katy Noinin